Roadtrip Thaïlande moto conseils

Roadtrip Thaïlande en Moto | Nos 8 Conseils de Préparation

Selon nous, un roadtrip en Thaïlande est l’un des meilleurs moyens de visiter le pays. La liberté de déplacement que vous procure la moto ou le scooter est si agréable ! Plus de transports en communs bondés, vous n’êtes plus tributaires des horaires des transports, vous pouvez aller où bon vous semble… En un mot comme en cent : LIBERTÉ !
Nous avons adoré visiter la Thaïlande en roadtrip. Cette façon de voyager au Pays du Sourire reste parmi l’un de nos plus beaux souvenirs ! Nous avons découvert de petits villages dans lesquels nous ne nous serions jamais arrêtés avec un bus. Nous partions à l’heure qui nous plaisait, avec pour seule contrainte, d’accomplir les kilomètres prévus dans notre itinéraire avant le coucher du soleil.
Un roadtrip en Thaïlande vous tente mais vous n’osez pas vous lancer ? Découvrez toute notre organisation et glanez quelques conseils pratiques pour préparer votre voyage. En route, Simone ! 🛵

Conseil n°1 : Bien choisir ses vêtements

Il s’agit là d’un point d’une importance capitale. Loin de nous l’idée de devenir de vieux rabats-joie mais combien a-t-on vu d’inconscients rouler en tongs et torse nu ?! Combien en a-t-on vu avec des béquilles, des genouillères, des attelles, des éraflures le long des bras ?! Beaucoup beaucoup trop !

La plupart n’ont jamais conduit de scooter de leur vie, viennent en vacances en Thaïlande, et ont le sentiment que rien ne peut leur arriver ! Puissance suprême et invincibilité !

Alors, non malheureusement, ils sont comme tout le monde, et un pourcentage colossal de touristes imprudents finissent à l’hosto avec des fémurs ou des tibias cassés et dans le meilleur des cas des p’tits bobos mais une jolie franchise pour le scooter…

Même s’il fait chaud, il est indispensable de rouler couverts ! Et même si les vêtements n’empêcheront pas les gros dégats d’un accident, ils protègeront un minimum votre peau ! Des vêtements longs protègent également contre le soleil, les insectes et la poussière, et ce n’est pas du luxe !

Nous avons toujours roulé en chaussures de rando, pantalon et polaire. De toute façon, en ce qui concerne certains endroit du nord de la Thaïlande et les zones de montagne, avec la vitesse et le vent, nous étions bien contents d’être couverts ! 

Quand le soleil se couche ou qu’il n’est pas encore levé, on rajoutait aussi le coupe-vent et des gants n’auraient parfois pas été de trop !

Conseil n°2 : Organiser son sac à dos (et voyager léger)

Voyagez léger (encore plus que d’hab) !

Pour des roadtrips d’une semaine, inutile d’emporter les 2 gros sacs à dos !  Ils vous encombreront inutilement sur le scooter et vous n’aurez besoin que de l’essentiel.

Nous sommes partis avec un gros sac à dos et un petit (et encore, on aurait pu faire un peu plus léger).

L’autre gros sac est resté à l’auberge du point de départ du roadtrip. Ils ont bien voulu nous le garder gratuitement. Certains hôtels peuvent demander une contrepartie financière.

Le sac à dos, ce que nous avons emporté pour les roadtrips. Prenez avec vous le minimum de vêtements, uniquement les indispensables : 

  • 1 pantalon, 1 short, 1 tee-shirt, 1 polaire, 1 coupe-vent, 2 paires de chaussettes et 2 sous-vêtements (que vous laverez à la main le soir) et 1 maillot de bain si l’itinéraire s’y prête.
  • 1 paire de chaussures de rando, 1 paire de tongs. 
  • 1 serviette microfibre pour 2 et 1 trousse de toilette pour 2 avec uniquement des échantillons (nous gardons tous les savons et les shampooings des hôtels, c’est bien utile dans ces cas-là!).
  • Smartphone indispensable pour avoir le GPS. Appareil photo bien évidement et si comme nous vous êtes des voyageurs 2.0 et que vous avez du mal à vous séparer de votre ordi et bien prenez-le ! En revanche, faut pas déconner quand même, on n’a pris que le petit PC de 1 kg. 😉 Et n’oubliez pas les chargeurs !
  • Passeports, permis de conduire français et international.
  • Quelques médicaments de première nécessité seront utiles aussi : Doliprane, antidiarrhéique, antiseptiques et compresses.

Conseil n°3 : Pour réussir son roadtrip en Thaïlande, définir son itinéraire à l’avance

Ne soyez pas trop ambitieux ! 

L’idéal est de louer d’abord sur une journée pour voir comment on se débrouille avec la conduite et la circulation. Ne foncez pas tête baissée à vouloir enchainer les kilomètres ! 

De trop grandes distances dans des pays où les règles de conduites et le trafic sont différents des nôtres sont fatigantes nerveusement et physiquement. Et lorsqu’on est fatigués, on perd en concentration et on peut se mettre en danger.

Le maximum que nous ayons fait sur une journée, c’est 250 km. C’est vraiment beaucoup, surtout que les derniers kilomètres, nous les avons fait dans la nuit. 

Nous faisions des pauses de 15 minutes toutes les 1h30 en moyenne. Il ne faut pas hésiter à s’arrêter souvent, pour la fatigue et pour les fesses…!

Construisez votre itinéraire en ayant une idée assez précise des étapes où dormir et des distances à parcourir pour rejoindre ces points.

Anticipez aussi le temps que vont vous prendre les trajets pour ne pas vous faire surprendre par la nuit. C’est pas si grave de conduire la nuit, nous l’avons fait, mais ça  peut augmenter les risques d’accident : les routes sont très peu éclairées et les signalisations insuffisantes…

Et parfois, notamment dans le nord-ouest, les routes (quand ce ne sont pas des chemins…) sont tellement sinueuses qu’il vaut mieux calculer en temps de trajet et non en kilomètres. Il faut donc prendre en compte non seulement le trafic mais aussi l’état des routes. Nous sommes passés par des 4 voies rapides avec beaucoup de camions qui doublent n’importe comment, tout comme par des chemins chaotiques de sable, cailloux…

Pour vous donner des idées d’itinéraire, voici 2 roadtrips en Thaïlande que nous avons réalisé :

Conseil n°4 : Se munir d’un bon GPS hors ligne

Avoir un bon GPS est essentiel ! Nous utilisons Maps.me, c’est une application gratuite et accessible hors ligne dont nous ne pouvons plus nous passer !

Vous pouvez mettre des pins sur toutes vos étapes, créer des itinéraires, ou simplement vous localiser. Il faut télécharger la carte du pays dans lequel vous êtes et vous pourrez supprimer cette carte sans désinstaller l’appli une fois sortis du pays. Si vous avez peu d’espace sur votre téléphone, vous n’êtes pas obligés de garder toutes les maps.

Elle est pratique et intuitive mais surtout : Elle s’utilise complètement hors ligne avec simplement les données de localisation, aucune connection internet n’est requise c’est donc totalement gratuit (contrairement à Google Map qui vous demandera une connexion 4G). 

En mettant le smartphone en mode avion avec uniquement le GPS activé, nous n’avions aucun mal à avoir de la batterie pour toute la journée !

Une bonne vieille carte papier peut aussi bien vous aider, par contre, elle ne vous dira pas où vous êtes ! De la même façon, si vous n’avez plus de batterie, cette appli sera bien inutile !

Le mieux est de partir avec un smartphone chacun, d’avoir le GPS sur chacun d’eux en cas de panne de batterie, de casse ou de vol.

Sinon, comme un vrai routard des années 60, vous vous arrêtez demander votre chemin. Ca marche aussi 😉 (bon sauf quand y’a personne sur le bord de la route…!)

Conseil n°5 : Choisir un scooter ou une moto adaptés à son roadtrip en Thaïlande

Le choix du scooter dépend beaucoup de l’itinéraire. Si les routes sont sineuses et montagneuses comme dans l’ouest de la Thaïlande, alors un 125 cc sera le meilleur choix. Si en revanche, les routes sont tranquilles, un 110 cc pourra suffire.

Egalement, je dirais que pour des personnes légères un 110 cc est généralement suffisant (même pour le nord-ouest), Marjo aurait pu se contenter de cette cylindrée. Pour Bastien qui fait 1m92 et qui porte un gros sac, un 125 cc est préférable voir indispensable !

Il existe des scooters automatiques ou semi-automatiques. Les semi-automatiques impliquent de passer les vitesses avec les pieds comme sur une moto mais sont en général un peu moins cher et ont plus de facilité dans les montées.

Pour vous les filles, en Thaïlande, il y a 2 types de scooter très répandus : les Fino et les Sccopy. Ce sont des 110 cc qui sont en plus hyper pimp :D. Ils seront bien souvent assez suffisants en terme de puissance et ils ne sont pas trop lourd. Nous avions tous les 2 un 125 cc pour notre boucle du nord-ouest et franchement, je n’ai eu aucun mal à le conduire. 

Pour les 125 cc, plus gros, plus puissants, la marque Honda Click est très bien, les scooters sont plus « smooth » et les Yamaha Mio Mx sont très bien également. 

Avant de partir, prenez autant de photos que possible du scooter. N’oubliez aucune petite rayure ou accroc. Nous avons entendu pas mal d’histoire de loueurs peu scrupuleux qui n’hésitent pas à vous faire payer des rayures qui ne sont pas de votre fait ! 

Photographiez aussi votre compteur, vous pourrez ainsi voir le nombres de kilomètres parcourus à la fin de votre trip 🙂

Bien souvent, le scooter vous sera loué vide d’essence, essayez donc de le ramener vide aussi pour ne pas perdre d’argent (bien souvent les loueurs siffonent les réservoirs et gardent l’essence pour eux).

Quid du choix de prendre 1 ou 2 scooters ?

Alors là ça dépend ! Lorsque nous louons à la journée, nous ne prenons toujours qu’un seul scooter.

Dans le cas d’un roadtrip nous en avons toujours loué 2 ! Effectivement on pourrait faire d’importantes économies en montant à deux sur le même mais sur de longues étapes et avec le gros sac à dos, ça peut vite devenir très inconfotable ! Et sur des routes de montagnes vous serez parfois obligé de descendre ! De plus, nous aimons tout les deux conduire donc le choix est vite fait ! 

Prendre deux scooters vous permettra également, en cas de panne, de ne pas rester sur le bord de la route à attendre un sauveur, vous pourrez aller le chercher ! 

Et enfin, préférez des scooters neufs et en très bon état de marche pour éviter de vous retrouver en panne au beau milieu de nulle part !

Conseil n°6 : Respecter les règles de conduite du pays

En Thaïlande, on roule à gauche !                                                                                                             

Conduire à gauche en scooter et conduire à gauche en voiture, c’est vraiment très différent ! 

En scooter, même si vous êtes du mauvais côté de la route, ça ne sera pas bien grave ni vraiment dangereux, d’autant que plein de thaïs le font. Vous aurez toujours moyen de vous en rendre compte, vous mettre sur le bas côté et traverser la route. 

Il faut tenter au maximum de s’adapter à leur conduite, pas de gestes brusques si d’autres scooters  arrivent en face, généralement ils savent ce qu’ils font ! Par exemple, les carrefours peuvent être relativement impressionants (comme partout en Asie) et paraître complètement cahotiques. Les scooters qui souhaitent tourner à droite n’attendront pas que le carrefour soit libre, ils vont préférer ne pas traverser tout de suite et prendre la voie de droite en sens inverse en attendant qu’une occasion de traverser se présente ! Vous les trouverez donc à contre-sens et vous finirez certainement par faire pareil si vous ne voulez pas attendre 10 minutes au milieu du croisement ! 🙂

Contrairement aux vietnamiens ou aux cambodgiens, les thaïs roulent beaucoup plus tranquillement, respectent d’avantage le code de la route et sont plus respectueux des autres véhicules. 

Jamais nous ne nous sommes sentis en danger ou avons frôlé l’accident.

Les routes sont plutôt belles et bien entretenues, comparé au Vietnam c’est vraiment le jour et la nuit ! 

Cependant il y a quelques règles qu’il faut avoir en tête pour ne pas se mettre en danger…

Lorsque vous traversez les villages, ralentissez ! Les thaïs roulent doucement, il y a des enfants qui jouent au bord des routes et des chiens absolument partout ! Les chiens dorment ou jouent en plein milieu des routes, gardez l’oeil ouvert et surtout ne roulez pas trop vite.

Sur les chemins de terre, dans les descentes c’est tout un art de doser le freinage avant et arrière pour éviter le blocage des roues et ne pas déraper/chasser de l’arrière, faites très attention.

Le bitume n’est pas de très bonne qualité, lorsqu’il fait très chaud (càd souvent!), les routes deviennent grasses et glissantes, surtout dans les virages…

Dans les trajets sinueux essayez de rester bien à gauche (on roule à gauche ici n’oubliez pas!) surtout si vous avez peu de visibilité. Les voitures et camions ont une sacré tendance à couper les virages, voire à se doubler en pleine courbe !

Conseil n°7 : S’assurer d’être bien assuré

Certaines agences de location peuvent vous proposer des assurances complémentaires en cas d’accident et de dégradation du véhicule. C’est souvent cher, on ne sait pas vraiment dans quelles mesures vous êtes assurés et la franchise est souvent importante.

Le mieux est encore d’être assuré par votre assurance voyage souscrite avant le départ.

A ce niveau, il est souvent relativement difficile de savoir si votre assurance voyage vous couvre ! Nous sommes assurés par Chapka (Cap Aventure) et c’est assez flou, nous avons vraiment du mal à savoir dans quelles conditions nous sommes assurés pour l’utilisation d’engins à deux roues motorisés ! D’après le contrat, l’assurance prend en charge l’utilisation d’une cylindrée maximum de 125 cc. Oui mais, il semble évident qu’un permis est également nécessaire même à l’étranger non ?

Et c’est là que ça devient flou et compliqué…

Premièrement, d’après notre assureur il faut être en règle avec la législation du pays pour être assuré.

Deuxièmement, il faut savoir que le super permis 125 cc français n’est valable qu’en France ! Il s’agit en fait d’une dérogation, impossible donc de l’utiliser hors de notre territoire !

Ces deux points supposent qu’un permis grosse cylindrée est nécessaire puisque en thaïlande il existe un permis moto différent du permis auto !

Donc, le permis voiture classique ne serait pas suffisant  ?

Après plusieurs échange avec l’assurance, d’autres bloggers, des voyageurs, nous ne savons toujours pas… Là ou certains arguent que le permis voiture est suffisant, d’autres stipulent qu’au contraire un permis moto grosse cylindrée est obligatoire… Bref c’est le flou le plus total. Alors, dans tout ça nous avons fait le choix de louer quand même en faisant très attention et comme il ne nous est rien arrivé, on ne peut pas vous dire si oui ou non le permis voiture est suffisant pour être couvert par l’assurance ! Pour ma part, je pense qu’un permis voiture n’est absolument pas suffisant !

Si vous êtes capables de répondre à cette question, n’hésitez pas à nous le dire en commentaire ! Et si vous êtes Chapka, merci de nous éclairer 🙂

Conseil n°8 : Être en règle face à la loi thaïlandaise

N’oubliez pas de porter un casque ! En Thaïlande il est obligatoire même si certains l’oublient et préfèrent rouler les cheveux aux vents exposant leurs jolis cerveaux à un traumatisme irréversible. 

Vous aurez besoin de votre permis de conduire accompagné de votre permis international (surtout en cas de pépin).

On s’est fait arrêté une fois par les flics et c’était un moment plutôt sympa et plutôt déconne ! Ils nous ont demandé nos permis et nous ont tapé la causette.

Une autre fois sur le parking d’un 7/Eleven (supérette) ils ont voulu faire des photos avec nous…

Bref jouez-la décontracté et tout devrait bien se passer lors d’un contrôle ! Même si bien sûr vous n’êtes jamais à l’abri de tomber sur un type procédurier ou qui souhaite arrondir sa fin de mois 😉

Dans la mesure du possible, gardez votre passeport avec vous ! Ne le laissez pas au loueur, ça n’est pas obligatoire même si beaucoup disent le contraire ! Pour toutes nos locations, nous laissions une copie de notre passeport et de notre visa et une caution (parfois élevée, mais je préfère encore garder mon précieux passeport sur moi!) 

Vérifiez enfin que votre scooter soit bien en règle : que tous les feux et clignotants fonctionnent.

Nous espérons que notre petite expérience pourra vous aider au mieux à préparer votre futur roadtrip en Thaïlande ! Si vous voyez d’autres points que nous aurions oublié, n’hésitez à nous laisser un p’tit commentaire pour compléter cette liste !
Enfin, je vous invite à consulter notre guide complet sur le budget à prévoir pour un voyage en Thaïlande afin de préparer au mieux votre arrivée au Pays du Sourire !

Marjo

Bonne vivante, je ne refuse jamais un apéro, c'est un principe. J'aime partir à l'aventure avec mon sac à dos. Même pas peur de tout plaquer pour réaliser mes rêves. Je déteste les gens qui râlent sans essayer de rien changer. J'essaye d'être drôle, mais ça ne marche pas toujours.
Ma morale : Il faut toujours avoir le courage de ses idées !

View stories

Lâche ton com' !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

15 commentaires