Tam Coc et Baie d'Halong terrestre

Tam Coc et la Baie d’Halong terrestre | Détails de notre visite

Bonjour et bienvenue sur notre blog ! Comme vous pourrez le remarquer, notre blog se refait une beauté.
Donc désolés pour le design douteux, la mise en page totalement dégueu et l’absence de photos. 🙏
On est sur le coup ! 🙃
Merci de votre compréhension. Bisous.

Après notre visite express de Hanoï en 2 jours, nous décidons de rejoindre Tam Coc. Une baie d’Halong peut en cacher une autre : nous voici dans la baie d’Halong terrestre !

Pour y arriver depuis Hanoï il y a de nombreux bus, à négocier avec les agences ou les auberges, pour notre part nous l’avons à 120000 annoncé à la base à 160000. Une centaine de kilomètres à parcourir soit, au Vietnam, entre 2h et 4h de route !

Il est possible de dormir à Ninh Binh (ville principale de la baie d’Halong terrestre) mais à notre avis, la ville n’a pas beaucoup d’intérêt si ce n’est qu’elle est centrale et pratique pour rayonner. Attention c’est totalement subjectif, nous ne l’avons pas vu. Par contre la petite ville de TamCoc où se trouve un embarcadère est à notre avis idéalement située, au milieu des rizières, des pics karstiques et des rivières, un calme agréable y règne. 

Les morfales

Le Bus nous arrête devant une guesthouse qui va directement nous accoster et nous proposer des chambres. Nous aurons des chambres propres donnant sur un grand balcon. L’hôtel est idéalement placé en face de l’embarcadère et de la place principale (photo balcon une sur le tel est bien). Il propose un buffet à volonté, un peu cher pour nos budgets mais pour pouvoir manger à notre faim, et en l’occurrence se gaver jusqu’à ne plus pouvoir marcher, ça en valait la peine !

La bonne info !

Après un tel repas, impossible de faire quoi que ce soit. De toute façon en pleine après-midi les balades en barques sont remplies de touristes, les gens arrivent tous à la même heure d’Hanoï pour une excursion à la journée. Les bus déversent les touristes qui partent à la découverte des grottes dans un balais de barques ininterrompu… très peu pour nous ! On passe notre tour pour le moment, on verra plus tard. 

De plus Anaïs et Maxime avec qui nous avons déjà fait une bonne partie du Vietnam (Baie d’Halong et Hanoi), ont eu l’information par Aurélie et Simon (blog une petite parenthèse) qu’il est possible de ne pas payer le prix fort ! 

En effet, les balades en barques sont gérées par des compagnies qui imposent des tarifs prohibitifs, s’en mettent plein les poches et reversent très peu aux rameurs… c’est pourtant eux qui font le gros du boulot… ça commence à être une habitude ce genre de situation en Asie ! 

Les dissidents

Bien décidés à ne pas payer les 290 000 dongs demandés (130 000 dongs par personne + 30 000 dongs pour la barque de deux personnes) soit… 11€. Alors OK , dit comme ça, c’est pas énorme. C’est quoi pour nous 11 euros ? Deux bières, un burger, une pizza, une bouteille de vin, un tee-shirt chez H&M bref, des trucs qu’on dépense tous les jours. Mais, pour nous, voyageurs à petit budget, ça représente une somme importante pour une balade d’une heure, c’est un tiers de notre budget journée à deux…

Et puis si c’est pour que les rameurs n’en voient pas la couleur, aucun intérêt. On décide alors de se balader sur l’embarcadère en quête d’une bonne affaire. Maxime file sonder les différents rameurs, toujours la même réponse : « Buy a ticket at the office ! ». Ils semblent avoir peur, pour certains ils semblent avoir envie de nous prendre mais sont très hésitants, ils regardent en coin le bureau des tickets et nous parlent de la police. 

On décide d’aller encore plus loin, après un petit pont à l’abri des regards officiels, sont amarrés plusieurs barques au pied de quelques maisons, il est 15h45 la masse de touristes revient des grottes, nous pourrions avoir les grottes pour nous tous seuls. 

Encore une fois, nous échappons aux touristes

Nous comprenons rapidement que les locaux, veulent bien nous emmener, ils fixent le prix 100 000 dongs par personne, ça nous va et tout l’argent ira dans les poches des rameurs. Seulement ils veulent démarrer à 17h, le problème c’est qu’ici, il fait nuit à 17h30. Chose que nous n’avions encore jamais faite, nous voilà en train de négocier non plus un tarif mais un horaire de départ. TOUT se négocie ici j’vous dit ! 

Après discussions nous sommes tombés d’accord sur 16h15. Génial, nous aurons les lieux pour nous tous seuls, le tout baigné dans une lumière de coucher du soleil ! L’heure arrive, nous embarquons un peu cachés au pied de la maison. 

Si au début nous croisons les derniers touristes tardifs en sens inverse, très vite il n’y aura plus que nos deux bateaux en vue et les quelques barques de pêcheurs ci et là posant les filets pour la nuit. Le décor est… indescriptible, le cours d’eau serpente entre les pics karstiques, lorsque ceux-ci sont trop imposants, l’eau aura creusé au travers de magnifiques grottes. 

Nous sommes complètement entourés de monts escarpées recouverts d’une végétation luxuriante, les abords du cours d’eau sont parsemés de plages de galets qui donnent des envies de Robinson Crusoë. Ce genre d’endroits qui bien que très touristiques (mais plus à cette heure-ci) vous donnent l’impression d’être le premier explorateur ! 

Moment magique, rythmé par le seul bruit des rames et baigné de lumière orangée nous regagnons l’embarcadère la nuit tombante. 

Fait intéressant et surprenant : ici les gens, lorsqu’ils sont trop fatigués de ramer avec les mains, ont trouvé une solution, ils rament tout simplement avec les pieds… ça vaut le coup d’oeil ! 

Vélo et balade en barque (encore !)

Le lendemain nous décidons de louer des vélos pour aller à l’embarcadère de Thung Nham et à la pagode de Bich Dong. L’embarcadère est situé en dehors de la ville de Tam Coc, donc moins touristique. Il est aisé de s’y rendre en vélo, face à la place de Tam Coc, il suffit de continuer la route sur la gauche pendant environ 2 km puis prendre à gauche (des panneaux indiquent l’entrée) un peu avant la pagode. Le tour en barque est de notre point de vue moins spectaculaire que celui de la veille bien que très sympa. Je dirais que les grottes sont plus impressionnantes (plus grandes, plus longues) mais les pics le sont beaucoup moins. Le décor est vraiment différent puisque la rivière est jonchée de nénuphars en fleur. Et les grottes sont peuplées de chauve-souris !

Les prix sont également moins prohibitifs puisque le tour en barque ne coûte que 90 000 dongs (hors pourboire) et ils sont tellement insistants qu’il est difficile de ne pas en donner. En même temps vu le salaire de misère que leur reverse la compagnie… Leur technique, arrêter de ramer quelques dizaines de mètres avant de débarquer pour négocier le pourboire ! Même si on suppose qu’ils ne nous garderaient pas en otage sur la rivière, il est difficile de refuser et de toute façon ils le méritent mais la manière est assez… lourde ! 

Bref, de notre point de vue la balade de Tam Coc vaut plus le coup mais peut-être pas au prix fort… enfin le mieux étant encore de faire les deux ! Nous continuons notre route à vélo jusqu’à la pagode de Bich Dong, l’entrée est à 10 000 dongs, le lieu est constitué de trois édifices sur trois niveaux, c’est beau, c’est pas cher, autant ne pas s’en priver.

Attention à une chose, partout où vous voudrez vous arrêter, on vous demandera de payer pour laisser garer vos vélos. Ne cédez pas ! C’est monsieur tout le monde qui se poste là, qui s’en fiche de vos vélos mais qui veut juste vous soutirer un peu d’argent. Allez poser vos vélos à 20m de là ou posez vous dans une petite échoppe et prenez un coca en échange du service.

Encore et toujours en vélo, mais pas par le bon chemin…

L’après-midi nous avons continué notre balade à vélo pour atteindre le site de Hoa Lu. Entre rizières, petits villages, routes en terre et encore nos fameux pics karstiques, la balade est très jolie. Pour le site de Hoa Lu on n’en sait rien, nous ne l’avons finalement pas visité, nous sommes arrivés un peu tard et nous souhaitions monter sur une colline ou trône un magnifique dragon pour admirer le coucher du soleil. 

Nous repartons en direction de cette fameuse colline, nos amis Anaïs et Maxime roulent un peu plus vite et nous les perdons de vue, c’est pas un problème nous nous retrouverons au pied ou au sommet de la colline. Oui mais, une fois les escaliers en vue nous prenons une route en terre qui semble pouvoir se diriger vers la colline, raté après une dizaine de minutes de route nous tombons dans un cul de sac…

Mince, l’heure tourne, nous ne voulons pas louper le coucher de soleil. Après une rapide réflexion, nous décidons de couper à travers les rizières plutôt que de faire le chemin inverse et batailler pour trouver la bonne route. Nous voilà poussant nos vélos sur un petit chemin abîmé entre des rizières… boueuses. 

Les 4 fers en l’air

En regardant les environs, on comprend rapidement qu’en passant par là on devrait pouvoir esquiver le bureau des tickets et monter gratuitement, cool ! On progresse, non sans mal et à mi-chemin j’entends un « Bastiennnnn !», en me retournant, vision d’horreur, Marjo les 4 fers en l’air est tombée dans la rizière, le vélo est couvert de boue et Marjo, n’en parlons pas ! Rien de grave, on se marre, la situation est cocasse. Nos éclats de rire ont alerté un chien qui n’arrêtera plus d’aboyer. On arrive aux abords de la colline, une barrière de 1m80 nous sépare des escaliers. On commence à grimper bataillant pour passer les vélos par-dessus quand, le responsable du site, peut-être alerté par ce satané chien débarque en nous demandant de payer le ticket… 

Raté, nous avons perdu un temps fou, nous sommes couverts de boue (surtout Marjo l’intrépide…), nous allons du coup devoir payer le ticket et en plus, on ne sait toujours pas où sont Anaïs et Maxime.

On l’aura eu, ce coucher de soleil !

Après une rapide toilette dans l’étang du coin (je ne sais pas si nous étions plus propres avant ou après…), nous décidons de commencer à grimper les 500 marches en supposant que nos amis sont déjà en haut. Nous courons quasiment jusqu’au sommet où nous arrivons à bout de souffle. 

Une fois en haut, nos amis ne sont pas là, oups… nous ne savons pas s’ils ont trouvé l’entrée, s’ils nous attendent en bas ou s’ils sont retournés à l’hôtel, le temps de penser à ça les voilà qui arrivent 5 minutes après nous. 

En fait ne nous voyant pas arriver en bas Maxime à rebroussé chemin croyant qu’il nous était arrivé quelque chose. Nous étions juste en train de prendre un bain dans les rizières (!)

Tout est bien qui finit bien et nous nous retrouvons un peu tardivement pour voir ce splendide point de vue et un coucher du soleil extra-ordinaire.

Il est apparemment possible de passer sans payer en passant par les rizières comme nous mais… en restant discrets. Si quelqu’un est déjà passé par là sans payer n’hésitez pas à nous le dire en commentaire !

En scooter !

Le lendemain encore enchanté par la liberté que nous a offert la journée de scooter sur Cat Ba, une fois n’est pas coutume nous décidons d’en louer de nouveau. 

Le but est d’aller visiter le parc national de Cuc Phuong qui se trouve à une quarantaine de kilomètres. Encore une fois la balade en scooter est très plaisante. Une fois au parc il faut encore parcourir environ 10 km pour arriver au point de départ d’une balade d’environ 6 km au cœur de la forêt tropicale qui nous mènera à un arbre millénaire. La balade est sympa, sans réelles difficultés elle se fait rapidement, quelques montées mais rien d’insurmontable !

Un panneau à l’entrée de la balade vous indiquera très poétiquement:

« Leave nothing but footprints, take nothing but photographs, kill nothing but your time »

Infos pratiques sur la baie d’Halong terrestre

  • Hôtel Duc Tuan : 10$ la chambre. Propre et donnant sur un grand balcon. L’hôtel est idéalement placé en face de l’embarcadère de Tam Coc. Buffet à volonté pour 100 000 dongs soit 3,75 euros.
  • Prix de la balade en barque à l’embarcadère de Tam Coc : 290000 dongs (130000 dongs par personne + 30000 dongs pour la barque de deux personnes).
  • Prix que nous avons payé avec l’astuce citée plus haut : 100 000 dongs par personnes.
  • Prix de la balade en barque à l’embarcadère de Thung Nham : 90 000 dongs.
  • Entrée view spot du dragon : 50 000 dongs. Y aller pour le coucher de soleil.
  • Entrée du Parc national de Cuc Phuong : 40 000 dongs. Prévoir une demi-journée. On vous demandera 3000 dongs pour laisser votre scooter garé…

Nous avons beaucoup aimé notre séjour dans la baie d’Halong terrestre, encore des paysages fantastiques, de très bons moments passés et partagés.

Notre route nous conduit maintenant toujours vers le sud, plus dans les terres, nous partons vers le parc national de Phong Nha pour visiter les célèbres immenses grottes, puis une escale très rapide dans la ville de Huê sous une pluie battante, en enfin, la ville de Hoi An réputée pour ses vêtements sur-mesure (oui, on va se faire plaisir…). Tout ce périple dans notre prochain article ! 

A bientôt !

Bastien

Aventurier dans l'âme, je ne lâche jamais ma machette et mon lasso quand je pars en voyage. Grand bavard, j'aime refaire le monde pendant des heures autour d'un bon verre (et d'un bon saucisson). Passionné par le monde de la tech, on peut dire que je suis un vrai geek !

View stories

Lâche ton com' !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

16 commentaires