Trek Sapa rizières Vietnam

Région de Sapa | Trek (brumeux) dans les rizières du nord Vietnam

Bonjour et bienvenue sur notre blog ! Comme vous pourrez le remarquer, notre blog se refait une beauté.
Donc désolés pour le design douteux, la mise en page totalement dégueu et l’absence de photos. 🙏
On est sur le coup ! 🙃
Merci de votre compréhension. Bisous.

Nous voici au Vietnam, 2ème pays de notre tour du monde  ! Après avoir traversé la frontière chinoise, nous attaquons par la région de Sapa dans le nord-ouest. 2 jours de trek, nuit chez l’habitant, soirée arrosée de « happy water » et les rizières en terrasse…ou pas ! Météo défavorable, on n’aura eu que de la bouillasse !!

Bienvenue au Vietnam !

Arrivés à Lao Cai (1ère ville vietnamienne après la frontière chinoise), nous devons trouver un bus qui nous amènerait jusqu’à Sapa, notre 1ère étape au Vietnam. Aucun intérêt de rester à Lao Cai, c’est vaiment un point de transit.

Comme nous vous l’indiquions dans notre précédent article LIEN, le passage de frontière fut simple et rapide (nous avions déjà notre visa). Pour arriver au Vietnam par une frontière terrestre, il faut avoir fait son visa à l’avance (pour les ressortissants français du moins), par voie aérienne, il est possible de l’obtenir à l’arrivée, c’est même moins chers que depuis la France (il faut tout de même obtenir quelques documents à l’avance, notament une lettre fournie par un hôtel justifiant de votre séjour au Vietnam. Certains sites internet s’occupent de ce genre de demande).

Le début des arnaques

Nouvelle monnaie oblige, nous n’avons aucune notion de ce que peux coûter ce trajet en bus. Nous venons de retirer 2 000 000 de dongs. Oui, pour la première fois de notre vie et en l’espace d’un instant, nous sommes devenus millionaires. La classe. Pour info, 1 € = 29 000 dongs.

Moins la classe, nous nous sommes sauvagement fait arnaquer sur le prix du billet de bus pour rejoindre Sapa. Ce billet doit coûter normalement dans les 30 000 dongs. Nous tairons le prix que nous avons payé parce que c’est vraiment la loose internationale. 

On appréhende un peu notre arrivée, vu le temps qu’il fait et le temps que l’on a eu dans les rizières de Yuanyang en Chine LIEN, c’est encore pas gagné pour voir les rizières en terrasse…

Après 1h30 de trajet, nous arrivons à Sapa dans la nuit. Nous avons perdu 1h de décalage horaire, 17h, il fait déjà nuit noire !

Le début de la négoce

Il pleut, on n’a pas d’hôtel. On tente un premier hôtel indiqué dans le Routard. Fermé (merci l’édition 2015…). On tente un 2ème. Complet (on est samedi soir…). On tente un 3ème, cest bon. 

Les négociations commencent. Au Vietnam, le moindre truc se négocie. Tout absolument tout se négocie. Ca nous change de la Chine. On va t’annoncer une chambre d’hôtel à 15 $ que nous aurons fait descendre à 10. Ca nous parait honnête. On ne prendra qu’une nuit, le lendemain nous trouverons une chambre à 7 $ au Mimosa hotel. 

Pratiquement tous les prix des chambres d’hôtel sont annoncés en dollars. Punaise, va falloir faire une double conversion et faire gaffe au taux de change dollars/dongs. Faut s’habituer, nos petits cerveaux ont encore envie de parler en yuans. On ne comprend plus rien aux prix pratiqués.

2 jours de trek…

Nous nous sommes adressés à l’agence Vietnam Nomad Trails recommandée par le Routard comme étant une agence proposant des treks un peu plus hors des sentiers battus et dont les guides sont issus de minorités ethniques. 

Il ne faut pas se planter car les treks de Sapa sont réputés comme étant des « autoroutes à touristes ». Un trek à la queue-leu-leu non merci. 

On n’est pas dans la haute saison et il fait un temps de chiotte, le risque est de toute façon assez minime.

On se lance pour une réservation de 2 jours avec nuit en homestay dans un petit village de minorités, tous les repas inclus et guide Hmong (minorité ethnique du nord Vietnam) parlant anglais. 

Il est possible aussi d’aller plus loin dans les villages disséminés à travers les rizières en prenant un trek de 3 jours. Il est également envisageable de privatiser votre rando en prenant un guide rien que pour vous et de passer dans des endroits supposés être un peu moins fréquentés mais il vous en coutera vos 2 bras (du genre 4 ou 5 jours de budget pour 2…).

…sans touriste…

Rendez-vous 9h pour le début du trek. Nous sommes un petit groupe de 7 personnes, un belge, deux anglais, deux italiennes et nous.

Nous ne croiserons pratiquement personne durant les 2 jours, probablement parce que nous n’y voyons pas à 2m… de la brume, du crachin, encore un peu de brume ici et encore un peu de crachin là.

Encore une fois, nous ne verrons pas bien les rizières.

…mais dans la bouillasse…

Le terrain est glissant comme tout, nous avons de la boue jusqu’aux genoux. Cette rando plutôt facile en temps normal s’est transformée en une espèce de lutte pour tenir droit sur ses jambes. Nous ne comptons plus les chutes.

Trek dans les rizières de Sapa : Jour 1

Le 1er jour nous avons marché 5h pour arriver jusqu’au village, jusqu’à la homestay qui nous accueillera pour la nuit. Sur la route, nous visiterons l’école d’un des villages.

Nous rencontrons d’autres personnes venues d’un autre trek faisant étape ici aussi pour la nuit. 

La soirée s’annonce plutôt bonne. Nous nous retrouvons à une petite quinzaine pour partager un repas gargantuesque chez nos hôtes. Nous faisons la connaissance de Camille et Fred partis pour 4 mois faire le tour de l’Asie du sud-est. Nous finissons de manger à 19h (il faut remettre en perspective son rythme habituel, ici il fait nuit noire à 17h, on est à la montagne et les journées commencent tôt). 

Plus tu perds, plus du bois et plus tu bois, plus tu perds… 

La soirée est exceptionnelle. Une des guides Hmong nous propose un jeu de cartes où le cerveau n’est plus utile, le but étant de finir saoûl grâce à la « happy water » qui porte bien son sobriquet. C’est tout bêtement de l’alcool de riz quoi 😉

On va de fou-rire en fou-rire, l’ambiance est bon enfant, personne ne parle la même langue mais l’alcool nous aide à nous réunir dans un anglais approximatif.

Le business

Les premiers partent se coucher avant 22h et soudain la soirée prend une tournure plus calme, paisible et presque mystique.

Nous ne sommes plus que quelque personnes autour de la table en bois, la lumière est basse, tout est silencieux.

Elle a 19 ans à peine. Elle n’est pas guide, elle est venue passer la soirée avec ses amies Hmong du village. Elle est belle, a les traits fins. Elle parle un anglais parfait. Elle nous raconte sa vie et ses projets et nous buvons ses paroles dans un silence religieux. Elle m’émeut. Elle a une voix douce mais un caractère de feu. Elle est déterminée à s’en sortir mais ne voit pas d’issue. Comment devenir guide et monter sa propre agence seule et sans argent ? Comment obtenir rénommée et crédibilité quand il n’y a aucune chance que vous soyez référencé par le Routard ou le Lonely Planet ? 

Je m’en veux de ne pas être parfaitement bilingue, son accent m’empêche de tout comprendre et l’alcool distrait ma concentration. Mais j’ai compris l’essentiel.

Elles sont payées au lance-pierre par les agences qui les embauchent et sont pieds et poings liés par l’état qui leur demande des sommes astronomiques si elles veulent ouvrir leur propre agence. Le plus gros de leurs revenus proviennent des pourboires, alors même si vous avez le sentiment d’avoir déjà suffisament payé pour votre excursion, ne lésinez pas sur le pourboire, c’est vraiment important. C’est à votre discrétion bien sûr mais un pourboire correct correspond à 1 ou 2 € par jour et par personne.

Les femmes Hmong qui nous accueillent ont une pêche d’enfer. Elles ont pourtant des conditions de travail et de rémunération qui justifieraient d’être moins enthousiastes. Les petites guides parlent un très bon anglais, elles ont entre 20 et 25 ans et déjà 3 enfants à charge. Elles vadrouillent dans les sentiers avec une dextérité hors du commun.

Elles ne tombent jamais, ne glissent jamais, parcourent ce long chemin tous les jours. Notre guide a passé la journée de trek dans la boue et sous la pluie avec son nouveau-né sur le dos enrubané dans tes tas de tissus. Il a 4 mois et demi, il est né dans les rizières. Ici, on ne va pas à l’hôpital. 

Trek dans les rizières de Sapa : Jour 2

Il nous reste 4h de marche pour revenir jusqu’à Sapa. Le temps ne s’est pas levé, les rizières sont encore cachées par une épaisse couche de brouillard. Bastien s’est levé ce matin avec de la fièvre et le bide en vrac. Il marchera en retrait au rythme plus lents des italiennes tandis que je suivrais les anglais d’un pas plus soutenu.

Nous resterons une nuit de plus après le trek pour que Bastien se retape. Après un 2ème jour à 38,5 et la journée au lit, le revoilà sur pieds.

Surprise de dernière minute juste avant de prendre notre bus de nuit pour Hanoi !

Nous recevons un mail d’Anaïs et Maxime du blog visas-vies que nous suivons assidûment depuis notre départ. Ils arrivent tout juste à Sapa par le bus de Lao Cai, nous nous retrouvons pour un dîner express et peut-être bien que notre périple se poursuivra avec eux… mais si vous êtes assidus sur les « photos de 14h », vous avez déjà la réponse 😉

On peut facilement trouver des agences de réservation fiables dont les treks sont moins surchargés et avec guide locaux. Elles peuvent aussi vendre les billets de bus et plein d’autres choses. 😉

Infos pratiques sur le trek au départ de Sapa

  • Prix du trek de 2 jours : 589 000 dongs
  • Départ de Sapa 
  • Bonne adresse pour aller manger à Sapa : Nature Bar & Grill. 
  • Très bon accueil, on y mange bien et surtout un joli feu de cheminée trône au milieu de la pièce 🙂
  • Bus de nuit Sapa Hanoi : 250 000 dongs

On quitte le froid, on se rapproche des côtes, rendez-vous prochainement sous le soleil sur l’île de Cat Ba et la baie d’Halong !!

Marjo

Bonne vivante, j'adore me marrer et je ne refuse jamais un apéro, c'est un principe. J'aime partir à l'aventure en pleine nature avec mon sac à dos. Avec bonne humeur et sans langue de bois, je vous partage mes récits de voyages, mes bons plans et mes conseils de vadrouille !
Sometimes the hike is better than the top !

View stories

Lâche ton com' !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

20 commentaires