Roadtrip Nouvelle-Zélande semaine 1

Roadtrip Nouvelle-Zélande : Christchurch, Mont Cook, Dunedin | Semaine 1/4

Voici le premier chapitre de nos aventures néo-zélandaises ! Bienvenue au pays des Kiwis et des paysages à coupe le souffle ! Nous passerons 1 mois dans ce magnifique pays à bord de notre van. Cette semaine, pour commencer notre périple, nous vous emmènons de Christchurch à Dunedin en passant par les régions du mont Sunday et du mont Cook, par les Moeraki Boulders et les Elephant Rocks ! Un programme bien chargé 🙂

1ère semaine de roadtrip en Nouvelle-Zélande : Du 24 au 30 avril 2015

JOUR 1 : 85 km – Arrivée à Christchurch après une nuit bien mouvementée

Nous arrivons à l’aéroport de Christchurch en début de matinée après une nuit presque blanche. Notre vol partant de Bali à eu 2h30 de retard au décollage. Il était donc déjà évident que nous allions rater notre correspondance à Melbourne (Australie). Arrivés à l’aéroport de Melbourne au beau milieu de la nuit, on nous trouvera vite une solution pour nous acheminer vers Christchurch : il s’agira alors de prendre encore 2 avions pour faire le trajet Melbourne-Wellington-Christchurch (le prochain vol direct Melbourne-Christchurch étant 7h après…) 

Notre première mission avant de sortir de l’aéroport de Christchurch sera d’acheter une carte sim chez Spark NZ pour nous permettre d’appeler mais surtout d’avoir -un peu- la 3G.  

Nous appelons notre loueur (Spaceships) pour lui demander où se trouve exactement la navette gratuite que nous pouvons prendre pour arriver jusqu’à leurs bureaux et récupérer notre moyen de locomotion. Nous nous confrontons à cet accent si particulier qu’ont les Kiwis avec un appel téléphonique, ce qui n’est peut-être pas la meilleure option pour commencer à s’y habituer 😀 

Notre nouvelle maison/chambre/salon/bureau/cuisine/voiture pour les 30 prochains jours s’appelle Echostar ! Il est hyper funky et on s’y sent déjà bien. On the road again !

Nos 100 premiers dollars dépensés iront dans quelques vivres, exit les restos, c’est désormais hors budget ! Nous ferons tout dans notre petit van !

Welcome in New Zealand ! Les routes sont belles. Les maisons ont des petites boites aux lettres accrochées à des barrières blanches délimitant un jardin où les pelouses semblent avoir été coupées au ciseau. L’air est pur, on respire, c’est propre, calme… Les gens son gentils, souriants. 

Nos 7 mois d’Asie nous reviennent en pleine face ! Quel choc !

Difficile d’imaginer que seulement quelques heures d’avion nous séparent de l’Asie.

Les paysages que l’on traverse sont déjà incroyables, pourtant on ne vas pas loin, nous sommes encore dans les environs de Christchurch. Nous nous extasions devant ces parcelles de route qui pourtant ne sont pas connues pour être « spécialement belles »… La suite est bien prometteuse.

Pour cette nuit, nous sommes au bord d’un lac, la vue est splendide, si paisible. Le réveil demain matin devrait être de toute beauté. Toilettes sèches (mais elles étaient fermées), pas d’eau.

Il ne fait pas si froid, on s’attendait à pire, et puis ça fait presque du bien de retrouver un peu de fraicheur et surtout moins d’humidité. Les 30 degrés de Bali sont quand même bien loins, à 18h, il faisait 10 degrés…

Le soleil se couche tôt, il est 18h30 et il fait déjà nuit noire. Notre premier repas dans le van sera un succès. C’est trop drôle de se faire la popote comme au camping ! On adore ça !

Camping French Farm Bay à Akaroa (75 km de Christchurch). Gratuit. Autorisé normalement que pour les camping-car self-contained mais d’autres vans y étaient déjà et pas mal de voyageurs y ont déjà dormi avant nous sans problème, personne ne semble venir contrôler. Toilettes (mais fermées lorsqu’on y était). Point d’eau.

JOUR 2 : 218 km – Un lever de soleil extraordinaire à Akaroa, la Région du mont Sunday et notre première panne…

Ce matin, nous avons la chance d’assister à un lever de soleil somptueux. A 6h30, nous ouvrons le rideau du van, le spectacle est magique. 

Il fait bien frais ce matin, les roseaux plient sous le vent, l’air iodé de la mer proche éveille nos sens.  Nous sommes entourés de colines aux couleurs automnales. Quelques bateaux en toile de fond sont posés sur le lac. Les mouettes crient comme pour nous annoncer qu’il faut démarrer notre journée.

Il nous faut tout d’abord nous équiper un peu, nous repartons sur Christchurch pour faire quelques emplettes de vêtemens chauds. Sous-pull, leggings, polaires, grosses chaussettes, de quoi avoir bien bien chaud !! Et puis tout ça nous servira aussi pour l’Amérique du sud !

Nous souhaitons ensuite partir en direction de l’Est, vers la région du mont Sunday dans le but d’atteindre notre premier spot de tournage du Seigneur des Anneaux. 

Notre voyage en Nouvelle-Zélande sera aussi thématique ! C’est à dire qu’en plus des sites de visites classiques dont nous vous parlerons dans nos récits itinéraire comme celui-ci, nous ferons également un article complet sur les différents spots de tournage (localisation avec coordonnées GPS, correspondances avec le film, comment y aller et les trouver, etc…). Ca nous fait parfois faire de sacrés détours, mais en bons gros fans que nous sommes, c’est avec beaucoup de passion que nous nous amusons tous les jours à dénicher ses lieux insolites. Et puis nous nous sentons un peu investis d’une mission grâce à une personne passionnée par Lord of The Ring (qui se reconnaitra…) et qui voyage avec nous en Nouvelle-Zélande par procuration 😉

Bref, là c’est moins drôle parce que notre van ne démarre plus. Nous sommes coincés sur le parking du centre commercial. Nous comprenons vite que la batterie n’a pas bien aimé que nous laissions les codes allumés, 1h30 – 2h ont suffit pour la décharger entièrement (oui bon, ça va, ça arrive à tout le monde!). Notre premier vrai contact avec la population sera donc de trouver une âme charitable qui aurait des pinces pour faire démarrer notre batterie ! Ca a dû prendre 5 minutes au max, Bastien revient avec notre bienfaiteur, celui-ci se gare à côté de nous, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, nous redémarrons !

Ce monsieur est à l’image des néo-zélandais, serviable, généreux…

Il pleut un peu lorsque nous arrivons à notre aire de camping. Le panorama est époustouflant, j’ai bien peur de m’épuiser en adjectifs si nous dormons tous les soirs dans de tels endroits. Montagnes arides, grandes plaines, couleurs automnales, pas de doute, nous sommes dans le Rohan ! 

Seuls au monde, le silence règne. 

Camping « Lake camp » région Mont sunday au bord du lac Clearwater. Gratuit. Self-contained uniquement mais personne ne viendra vous chercher ici, vous serez seul au monde ! Pas de toilettes, pas de point d’eau et éloigné de tout (je ne suis pas bien bien sûre que nous étions au bon endroit). Pensez à avoir rempli votre bidon d’eau avant d’arriver ici. Accès par 22 km de route de gravier.

Ce camping ne figure pas sur l’appli CamperMate mais sur Camping NZ.

JOUR 3 : 238 km – Lac Tekapo, lac Pukaki. Un dodo sous la pluie. 

Il pleut quand on se lève et il pleuvra toute la journée. 

Nous visitons ces plaines immenses qui ont servi de décor pour la région du Rohan et la ville d’Edoras dans le film.   C’est spectaculaire. On s’imagine dans le film. Nous sommes tous les deux cavaliers, facile donc de s’imaginer au milieu de ce décor randonner au rythme de nos montures et au terme d’un galop épique dans les plaines du Rohan.

Maintenant notre objectif est de trouver un camping et/ou des toilettes publiques où nous pourrions faire notre vaisselle qui s’entasse. Sur la route vers le lac Tekapo, nous trouvons une aire de camping en bord de route. Ca sera parfait. Il y a même des douches…froides (Bastien a eu le courage de se lancer, je n’ai pa réussi à en faire autant…)

Nous verrons les couleurs du lac Tekapo sous les nuages mais nous devinons l’eau turquoise de ce lac magnifique. Si le ciel était dégagé, nous aurions pris le temps de rester autour de ce lac pour la nuit. Il se trouve qu’ici, c’est l’un des lieux dans le monde où l’on peut observer un nombre infini d’étoiles. Il paraitrait également que l’air y est le plus pur de tout l’hémisphère sud. 

C’est à quelques kilomètres de là, au lac Pukaki que nous passerons la nuit.

Sous la flotte c’est galère ! Notre van est vraiment petit, rien à voir avec les caping-cars tout confort que nous croisons sans cesse. On joue à Tétris tous les soirs et tous les matins pour manger/dormir/conduire. Chaque chose a sa place et mieux vaut être un peu organisé car ça peut vite être le gros bazard !

Nous essayons de sortir la toile fournie avec le van qui est censé nous abriter… sauf que : elle n’est pas étanche et au moindre coup de vent un peu violent elle menace de s’envoler ! Ca nous aura tout de même permis de cuisiner et de faire la vaisselle à l’eau de pluie qui s’accumulait et gouttait à travers la toile !

Camping lake Pukaki Reserve. Normalement uniquement pour les véhicules autonomes mais nous y sommes allés quand même et beaucoup d’autres non autonomes y étaient également. Bel espace de camping au bord du lac avec des petits endroits de forêts, nombreux emplacements. Magnifiques vues sur le lac Pukaki et le mount Cook en toile de fond. Toilettes sèches.

JOUR 4 : 187 km – Le Mont Cook, les lacs bleus, la Tasman valley et son glacier.

Ce matin le ciel est dégagé, nous n’apercevons pas vraiment le mont Cook mais la chaine de montagnes enneigées en face du lac est quant à elle bien visible, c’est splendide ! Les montagnes et la forêt se reflètent dans le lac et offrent un paysage incroyable.

Nous nous rapprochons du mont Cook à bord de notre van.

Attention de bien rester concentré sur la route !! Les paysages sont tellement splendides que vous aurez les yeux rivés sur tout ce qui vous entoure 🙂

Le parc national du Mont Cook possède 140 pics de plus de 2000 m d’altitude incluant le Mont Cook lui-même qui culmine à 3754 m.

Le i-site en bas du mont Cook nous propose 2 randos simples, à faire tranquillement sur la journée voire la demi-journée :

Hooker Valley Track : 2h30 de marche aller-retour. Randonnée simple sur du plat, souvent sur une passerelle en bois aménagée, traversée de la vallée Hooker et arrivée jusqu’à un glacier. 3 ponts de singes à traverser avec un torrent vif en-dessous. Nous y avons pique-niqué. Les paysages sont top !

Glacier Tasman et les lacs bleus : 1h30 max pour tout faire. Très facile aussi. La rando se sépare à un moment : d’un côté pour les blue lakes et de l’autre pour le glacier. Faites les 2 ! On a vu des petits icebergs flotter sur le lac lâchés par le glacier qui fond. C’est d’ailleurs le seul lac glacé de Nouvelle-Zélande où l’on voit des icebergs. Les 3 petits lacs ont une superbe couleur, ça vaut le détour.

Camping au lac Poaka Conservation Area. Gratuit. Accès en longeant le canal puis prendre à droite en direction du club de pêche. Grand espace de camping au bord du lac, très joli site. Pas d’eau et on n’a pas vu les toilettes mais je crois qu’il y en a. On ne s’est pas éternisés vu la température et le vent de folie ! Camping encore une fois réservé normalement aux camping-cars autonomes mais vous n’aurez pas a priori de soucis ici.

JOUR 5 : 146 km – Oamaru et les Elephant rocks.

Ce matin au réveil, il fait 1 degré à l’extérieur du van ! Les vitres sont gelées et nous avec !!! Même si une grosse couette est fournie avec la location du van, on a rajouté nos sacs de couchage et dormi avec polaires et pantalons (surtout moi, Marjo, je suis en mode double couche de vêtements depuis que nous sommes arrivés!). Avec tout cet accoutrement et une fois les portes fermées, on est bien au chaud 🙂

Le soleil pointe son nez, il va faire un temps magnifique. On sent déjà sa chaleur réchauffer nos mains glacées par l’eau glacée de notre jerrican. Et les couleurs automnales brillent sous les premiers rayons du soleil nous offrant un panorama incroyable.

En route vers la côte, vers la ville d’Oamaru.  

Sur le chemin, les Elephant rocks mériteront un arrêt ! D’énormes blocs de pierres taillés par le vent et la pluie trônent au beau milieu d’une plaine verdoyante. Les moutons sont en liberté (comme dans beaucoup d’endroits en Nouvelle-Zélande), on peut les approcher à quelques mètres. 

Oamaru est une charmante ville, toute proprette, toute mignonne où il semble vraiment faire bon vivre, mais ça aussi c’est partout en Nouvelle-Zélande ! Dans cette ville, vous pourrez voir des manchots bleus (la plus petite espèce de manchots), le Oamaru Blue Penguin Colony permet d’observer de près les manchots qui reviennent de la mer le soir. Le prix tourne autour des 20 $, vous serez sûrs de pouvoir en voir ici. Nous préférons garder notre argent et tenter de voir ces petits manchots trop mignons gratuitement dans les nombreux spots qui nous restent à observer le long de cette côte.

La bibliothèque d’Oamaru nous permettra de recharger nos téléphones/PC/GoPro/appareil photo et de bosser un peu. Nous filons vers la mer après s’être réchauffés dans cette petite bibliothèque (qui ferme à 17h30) pour regagner notre camping pour la nuit.

Du vent, du vent, toujours du vent et un termomètre encore bien bas !

Camping Katiki à Taranui (sud d’Oamaru, 15 km environ) en bord de mer. Ni toilettes, ni eau, juste une aire de camping gratuite et avec vue sur les vagues ! Encore un camping réservé aux véhicules autonomes, mais nous avons encore une fois pu y rester sans problème. Atention cependant, les infos que nous donnons ne garantissent pas à 100% que vous éviterez l’amende…

JOUR 6 : 196 km – Les Moeraki Boulders, arrivée à Dunedin, notre première douche (!) et une exclusion du camping…

Bon, il va bien falloir que je me douche, voilà 6 jours (Oh my god!) que je ne me suis pas douchée, depuis que nous sommes arrivés en fait ! Oui, bah on est un routard ou on ne l’est pas hein !! Comme nous ne choisissons que des campings gratuits par soucis d’économies, nous n’avons jamais de douches à dispo (on est déjà bien contents quand il y a des toilettes :D) ! Alors on a investi dans des lingettes, et puis un savon, de l’eau, personne autour et hop là, le tour est joué ! Sommaire mais efficace ! (par contre mes cheveux sont devenus indescriptibles…)

La première étape du jour sera d’aller voir les Moeraki Boulders puis ensuite aller dire bonjour aux otaries et si on a de la chance aux manchots aux yeux jaunes (ce ne sont pas les mêmes que ceux dont nous vous parlions au-dessus) ! Il y a tout un tas de spots en Nouvelle-Zélande où on peut en voir !!

Les Moeraki Boulders : D’énormes rochers sphériques qui ressemblent à de gros oeufs de tortues sont disséminés tout le long de cette plage. C’est assez mystérieux. Ils ont été formés il y a des millions d’années par l’érosion de la côte. Leur forme sphérique a été finalement expliquée par un procédé scientifique, ça reste assez déroutant ! Il faut y aller quand la marée est basse pour les voir parfaitement, pour nous ce sera aux aurores, vers 7h du matin. Vous assisterez alors à un somptueux lever de soleil sur l’océan.

5 km après les Moeraki Boulders, le phare de Moeraki nous permet de faire une balade sympa malgré ce terrible vent. Nous marchons sur une crête escarpée, le bleu profond de l’océan se mélange au vert éclatant des paturages. Ici, les otaries se dorent au soleil, on en a vu des dizaines ! C’est tellement génial de pouvoir voir ce genre d’animaux en liberté dans leur habitat naturel, et pas dans un zoo…

Nous n’aurons malheureusement pas vu les petits manchots bien que ce soit un des endroits qui le permette. Nous n’y étions pas à la bonne heure, le meilleur moment pour les voir est à partir de 16h00 en hiver soit à partir des 2 heures qui précèdent le coucher du soleil. Tant pis, nous tenterons notre chance ux prochaines étapes 🙂 Il faut être patient avec ces petites bêtes. 

En roulant nous apercevons un panneau indiquant une fromagerie, hmm… du fromage de la ferme, ça nous manque tant… Craquera craquera pas ? 

Vous devinez la suite, nous sortons d’ici avec 20 $ en moins mais avec 3 énormes morceaux de fromage délicieux ! Le bonheur !

Notre arrivée à Dunedin sera l’occas de refaire le plein de courses, du moins des produits frais. Mais surtout : de prendre une douche !!! Youhou !!!

Nous nous offrons 2 petites heures à la piscine municipale de Dunedin (Moana pool, entrée 6 $). Elle est top, plusieurs grands bassins, un jacuzzi d’eau brulante, le rêve ! Et des douches individuelles qui nous permettront de nous faire la toilette de notre vie et de laver nous sous-vêtements/chaussettes.

Le problème à Dunedin c’est pour dormir… Soit les campings sont payants (et très très payants…), soit les campings gratuits ont des places limitées. Seuls 2 camping permettent aux non-self contained comme nous de dormir gratuitement : Macandrew bay et Ocean View Reserve à environ 15 km de Dunedin. Sauf que seulement 5 places par camping sont autorisées aux véhicules autonomes ! C’est beaucoup beaucoup trop peu, d’autant qu’on pourrait y garer 20 voitures !

Alors nous tentons d’abord de dormir en pleine ville  au Parking/Camping « The Oval » au niveau du terrain de rugby, à côté du pub The Kensington. C’est un camping autorisé pour les self-contained mais habitués depuis le début à dormir dans ceux-là paumés dans la cambrousse sans que l’on ienne nous embêter, on s’est pas trop fait de soucis.

Heureusement que nous ne dormions pas encore, à 22h nous entendons toquer à la vitre du van. Une personne du DOC (Department of Conservation) nous demande gentiment de quitter les lieux sauf si bien sûr nous avons des toilettes et un réservoir d’eau usées à bord. Alors nous replions tout notre bazard, on refait le tétris dans l’autre sens pour se remettre en mode conduite alors que nous étions pratiquement endormis. Le problème c’est que ça risque d’être compliqué de trouver un endroit gratuit où dormir à cette heure-ci, sachant que les campings possédant les 5 places gratuites sont complets dès 16h !

On tente quand même le camping « Ocean View » à 15 km. Lorsque nous arrivons là-bas, nous avons la désagréable surprise de voir qu’il est évidement complet. Bref, tant pis pour cette fois, nous sommes trop fatigués, on dormira à l’arrache sur un parking quelques km plus loin… L’amende nous pend clairement au nez et ici ils ne rigolent pas avec ça !

Allez, on vous laisse un suspens de fou, on vous dira dans le prochain article si on a finalement pris une amende 😉

Pour ce qui est de l’aspect technique du roatrip, comment bien choisir son van, établir son itinéraire, le budget à prévoir, comment trouver les campings gratuits, les bons plans en général, nous ferons un article complet à ce sujet à la fin de notre séjour au pays des kiwis !!

Marjo

Bonne vivante, je ne refuse jamais un apéro, c'est un principe. J'aime partir à l'aventure avec mon sac à dos. Même pas peur de tout plaquer pour réaliser mes rêves. Je déteste les gens qui râlent sans essayer de rien changer. J'essaye d'être drôle, mais ça ne marche pas toujours.
Ma morale : Il faut toujours avoir le courage de ses idées !

View stories

Lâche ton com' !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

18 commentaires