Trek Gorges Saut du Tigre

Région du Yunnan | Trek des Gorges du Saut du Tigre 2/3

Bonjour et bienvenue sur notre blog ! Comme vous pourrez le remarquer, notre blog se refait une beauté.
Donc désolés pour le design douteux, la mise en page totalement dégueu et l’absence de photos. 🙏
On est sur le coup ! 🙃
Merci de votre compréhension. Bisous.

Les Gorges du Saut du Tigre, trek réputé comme étant le plus beau de Chine. Gorges spectaculaires, les plus belles et les plus profondes de Chine. Le hic, c’est que j’ai le vertige et pas qu’un peu… Je vous raconte mes exploits (et c’est peu dire) et vous donne quelques infos pratiques sur le trek !

Vous dire que je n’appréhendais pas ce trek serait mentir. Je m’en suis fait une montagne (sans mauvais jeu de mot!). J’en ai même fait des cauchemars 2 jours avant. 

Il faut que je vous explique…

Ce trek est réputé par tous les guides comme étant le plus beau de Chine. Gorges spectaculaires, les plus belles et les plus profondes de Chine. Le paysage est époustouflant, dominé par des sommets de plus de 5000 m. Ce trek est incontournable. Il est aussi décrit comme difficile, physique et vertigineux. Déconseillé aux personnes n’ayant pas une bonne condition physique et sujettes au vertige. 

Nous v’là bien.

Parce qu’on ne va pas se mentir, on n’est pas les plus grands sportifs que ce monde connaisse, bien qu’on randonne pas mal depuis qu’on est partis et qu’on aime marcher, on n’a pas encore un entraînement de grimpeur de compet’.

Au-delà de cet aspect non négligeable, il y a un autre paramètre à prendre en compte : j’ai le vertige, un sacré fichu vertige. Je me suis déjà retrouvée tétanisée sur un pont de singe avec 30 m de vide en dessous de moi, il y a quelques années parce qu’une personne que je croyais être mon ami n’a cessé de faire bouger le dit pont croyant amuser la galerie. J’en suis restée traumatisée. Et plus les années passent, pire c’est. Et ça, hélas, ça ne se contrôle pas. 

Ça part mal.

Mais j’ai une mortelle envie de le faire ce fichu trek.

Il faut que je prenne sur moi, que je travaille mon mental et puis, j’ai envie de me faire ma propre opinion… Pour l’instant, je ne tiens compte que de ce que l’on me raconte, c’est très insuffisant. 

Et puis, j’ai ma petite fierté.

[Petite précision avant de lire cet article : si vous êtes un voyageur ayant pour projet de faire ce trek, gardez en tête que mes remarques sont tout à fait subjectives et que si vous ne souffrez d’aucun vertige et avez une condition physique raisonnable, ce trek sera une vraie partie de plaisir.]

Nous voilà donc partis en bus en direction de Qiaotou d’où part le trek. Nous partons de Shaxi un peu tristes de quitter nos nouveaux amis 😉 mais une nouvelle étape nous attend de pied ferme !

En quelques heures, avec nos derniers sous en poche, on est à 40 yuans près pour arriver jusqu’à Shangri-la (nous racontons nos péripéties financières, dans notre article précédent), nous arrivons à l’auberge Jane’s Guesthouse pour passer la nuit (80 yuans). Nous devrons nous acquitter de la modique somme de 65 yuans chacun pour avoir accès aux gorges… Et oui, tout est payant, ça commence à nous taper sur le système. Bon sang, tu fais une rando dans les Pyrénées, c’est gratuit!! T’as pas des gardes postés pour te bloquer le passage avec vigueur. Bref, on paye.

On fait aussi 3 courses au « supermarché » du coin. Notre budget restreint nous oblige, pour 70 yuans (9 €), de réussir à manger pour 2 petits déj, 2 déjeuners, 2 dîners… We can do it ! (and we will do it…!)

Nous démarrerons le trek de bonne heure. Nous préférons ne pas partir trop tard, on ne sait pas encore comment on va gérer le truc niveau timing. 

Les débuts sont un peu rudes, on marche à travers la poussière d’un chantier, je ne sais pas trop ce qu’ils font, on dirait qu’ils refont la route. Et surtout ils nous font nous détourner du chemin principal qui est hors d’accès, de manière à ce qu’on se tape une jolie montée qui n’était pas au programme. Pas grave, ça met en jambes !

Ah oui, ce qu’il faut savoir, c’est que j’ai démarré le trek avec d’énormes courbatures aux mollets vestiges de notre rando de 7 heures 2 jours avant. L’horreur. J’ai alors compris l’utilité des étirements post-rando.

Le chemin est plutôt bien balisé. Il faut suivre un fléchage rouge très clair lorsqu’il y a une bifurcation.

Après 2, 3 heures de montée moyenne, nous arrivons aux fameux 28 lacets. C’est la partie la plus hard de la journée. Une montée abrupte pendant 28 lacets pour monter tout en haut et surplomber ainsi la rivière.

J’ai mal aux mollets, j’ai envie de descendre 1 litre de flotte toutes les 5 minutes. Bastien ouvre la marche, c’est un gaillard. Il compte les lacets et me crie « plus que 15 ! » …

Nous arrivons en haut. Je suis contente d’avoir franchi l’étape la plus difficile de la journée. Et sans encombre. Nous surplombons le fleuve de 800m. Ça en valait la peine.

Une fois passé ce cap, plusieurs auberges peuvent accueillir les randonneurs tout en haut. On en avait repéré une The Tea Horse Guesthouse, qui n’était plus qu’à 2 heures de marche. C’est pratiquement du plat, on y arrive vite. On se pose un peu. Et puis, je propose à Bastien qu’on rejoigne finalement l’étape d’après, l’auberge Halfway. Il n’est pas tout à fait 15h, on peut encore marcher, et puis j’suis en canne, on est chauds, ne perdons pas cette belle motivation qui nous a déjà amenée jusque là ! Et puis surtout, ça sera toujours ça de moins à faire demain matin ! 

On rencontre alors Pei, une malaisienne de 26 ans qui se fait un trip toute seule en Chine. Elle nous accompagnera pour la suite du trek. Et nous ne le savons pas encore mais nous resterons ensemble jusqu’à Shangri-la qui est également sa prochaine étape.

2 heures de marche supplémentaires, nous arrivons à Halfway Guesthouse où nous passerons la nuit. Pour 80 yuans au total, nous aurons une chambre pour tous les 2 (les dortoirs sont à 35 ou 40 yuans par personne…) autant pas se priver d’une double! Une grande terrasse permet d’admirer l’immense montagne du Dragon de Jade enneigée.

Les plaisirs simples de la vie : découvrir que les douches communes sont équipées d’eau chaude. Rien n’a jamais été aussi bon que cette douche. 

20h au lit. Levés à 6h30. C’est reparti !

Comme on a déjà fait le plus gros, il nous reste moins de 2 heures de marche pour arriver à la fin de cette partie du trek. C’est du plat et pas mal de descente. Bah oui, faut redescendre tout ce qu’on a monté la veille ! Dur dur pour les genoux ! Nous traversons de jolies cascades, des canyons… et… d’immenses champs de cannabis ! Sachant que vu l’heure qu’il était lorsque nous y sommes passés, pas un pelé à perte de vue, qui veut se servir allègrement est le bienvenu ! Incroyable !

C’est l’auberge Tina’s Guesthouse, située en bas de la montagne, qui marque la fin de cette partie.

Une fois arrivés chez Tina, la deuxième partie attaque. Il s’agit de descendre jusqu’au torrent, s’en rapprocher et presque le toucher puis remonter le tout pour attraper le bus qui part à 15h30 de chez Tina pour regagner Shangri-la, notre prochaine étape presque tibétaine. Il y a également des bus à la même heure qui regagnent Lijiang, si votre souhait est plutôt de redescendre.

Nous nous acquittons de la somme de 10 yuans chacun pour pouvoir amorcer la descente (grrr).

On descend, on descend, et plus on descend, plus on se dit qu’il va falloir tout remonter… 

La remontée ne se fait logiquement pas par le même endroit. On a entendu parler d’échelles vertigineuses de 20m, de sentiers à flanc de falaise, d’un câble auquel s’agripper… Ça ne me rassure pas. C’est précisément de ça dont j’ai cauchemardé la nuit dernière. Véridique. Ça me tétanise. J’essaye de pas trop le montrer à Bastien. J’ai tellement envie d’y arriver, de faire le trek dans son intégralité. Je continue à descendre en me disant que je pourrais arriver à prendre sur moi. Au pire je ne regarde que le sol, je me concentre bien, ça devrait aller. J’y pense pas trop encore.

On arrive en bas. 

C’est là que ça va se corser pour moi. On longe la falaise pour regagner l’endroit de la remontée et le fameux spot du rocher du saut du tigre. Le sentier est étroit, la haute falaise se dresse à ma droite, et sur ma gauche, le vide, le torrent. Je me colle à la paroi. Je veux ne faire qu’un avec elle. J’ai envie qu’elle m’absorbe. La sensation de vertige me donne le tournis. 

On s’arrêtera quelques minutes dans un endroit sûr où je peux reprendre mes esprits. J’ai du mal à contenir mes larmes, c’est beaucoup d’émotions. Je suis partagée entre cette peur irrationnelle non maîtrisable et une espèce de honte de me mettre dans cet état. 

Je ne pense qu’à une chose : on n’a pas encore attaqué la remontée par ces fameuses échelles…

Nous continuons et apercevons alors le fameux rocher du saut du tigre d’où le nom légendaire des gorges. Un tigre aurait franchi d’un bond le Yangzi pour échapper à un chasseur au niveau le plus étroit du fleuve (pas bête la bête!).

Je dois dire que le débit du torrent est impressionnant. C’est la partie des gorges la plus étroite, 30m de large. Tout l’eau qui coulait paisiblement dans un espace suffisamment large doit réussir à s’introduire dans un espace réduit. C’est bruyant, tumultueux, torrentiel.

Bastien n’a de cesse de me répéter que si je préfère, nous pouvons remonter par là où nous sommes descendus, c’était safe, pas vertigineux, mais faut se taper des centaines de marches hautes comme mes genoux. Non, non et non ! J’y arriverai ! 

La remontée commence. Il faut (encore) payer pour passer par là : 15 yuans par personne. On n’a pas encore vu à quoi les échelles ressemblaient vraiment, ni si on est vraiment sûrs de vouloir remonter par là. A l’aveugle, nous payons. Je n’ai plus le choix maintenant.

Nous arrivons à cette fameuse première échelle. En effet, elle doit faire dans les 15, 20m. Elle se dresse à la verticale le long de la paroi. Rien qu’à la voir, même Bastien se dit qu’il préférerait une autre solution.

Il y en a une ! Un sentier le long de la falaise, avec un câble le long de la paroi et des barrières. Nous prendrons cette option. 

Je ne sais pas si j’aurais pu plus me coller à la paroi, plus m’agripper au câble, moins regarder le vide mais en tout cas, c’est passé tout seul. Je n’ai en revanche absolument pas profité du paysage. On fera ça plus tard, sur le plancher des vaches. 

En réalité, il n’y a que 2 échelles. La première que l’on peut éviter par le sentier à flanc de falaise et une seconde moins longue et moins abrupte que j’ai franchi avec brio.

Arrivés en haut après plusieurs lacets qui font souffrir nos cuisses, je suis épuisée par mes efforts mais tellement, tellement heureuse. Je me suis dépassée, j’ai dompté ma peur, ça fait partie de ce que j’attendais de ce voyage. Ce n’est que le début, je sais maintenant que je pourrais le refaire.

La chaleur du soleil nous accueille pour les 2 heures que nous aurons à attendre avant le départ de notre bus pour Shangri-la, notre prochaine étape.

Il nous reste 20 yuans en poche. Nous pourrons retirer de l’argent une fois à Shangri-la. 

C’est alors que nous nous offrons un doux moment de plaisir en sirotant une bière bien méritée…

Trek des Gorges du Saut du Tigre en pratique

  • Jour 1 : Départ de Qiaotou (Jane’s Guesthouse) – Halfway Guesthouse (surplomb des gorges) : Prévoir 6 heures de parcours. 900m de dénivelé positif. 17 km.
  • Jour 2 : Halfway Guesthouse – Tina’s Guesthouse : 1-2 heures de parcours pour la descente.

Tina’s Guesthouse – Rocher du saut du tigre (bas des gorges) : moins d’1 heure de descente. Prévoir 2 heures de remontée maximum. 

Les bus partent de Tina’s à 15h30 pour Shangri-la ou Lijiang.

Point culminant du trek à 2700m d’altitude. Juste après les 28 lacets du jour 1.

On peut trouver facilement à boire et à manger le long du trek (vendeuses de fruits et boissons, guesthouse), ne pas trop se charger.

Prix du trek des Gorges du Saut du Tigre

  • Nuit chez Jane’s Guesthouse à Qiaotou 40 yuans 
  • Nuit Halfway Guesthouse 40 yuans
  • Entrée au site des gorges 65 yuans / Descente jusqu’au fleuve 10 yuans / Remontée 15 yuans.

Prévoir de manger et boire (nous avions nos pique-nique avec nous)

Marjo

Bonne vivante, j'adore me marrer et je ne refuse jamais un apéro, c'est un principe. J'aime partir à l'aventure en pleine nature avec mon sac à dos. Avec bonne humeur et sans langue de bois, je vous partage mes récits de voyages, mes bons plans et mes conseils de vadrouille !
Sometimes the hike is better than the top !

View stories

Lâche ton com' !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

14 commentaires