Visiter le Machu Picchu | Nos conseils pour optimiser sa visite

Bonjour et bienvenue sur notre blog ! Comme vous pourrez le remarquer, notre blog se refait une beauté.
Donc désolés pour le design douteux, la mise en page totalement dégueu et l’absence de photos. 🙏
On est sur le coup ! 🙃
Merci de votre compréhension. Bisous.

Ça y est ! Nous y sommes ! Le grand, le célèbre, le majestueux Machu Picchu ! Il est là devant nous… Après tant d’efforts, nous l’avons bien mérité. Nous vous racontons dans cet article notre émerveillement devant ces ruines incas, comment optimiser votre visite et les différentes possibilités qui s’offrent à vous !

Si vous avez suivi nos précédentes aventures pour arriver jusque là, vous savez donc que nous sommes arrivés jusqu’au village de Santa Teresa non sans peine puisque nous avons déjà 6 jours de trek dans les pattes (enfin, 5 pour plus exact au vu des dernières péripéties…).

Arrivée à Aguas Calientes 

Depuis le village de Santa Teresa, nous avons pris un colectivo qui nous a tout simplement amenés jusqu’à Hidroeléctrica en une heure. C’est ici que les choses sérieuses commencent.

Le village de Hidroeléctrica est le point de départ des visiteurs du Machu Picchu. En effet, pour accéder au village de Aguas Calientes (qui est situé en bas du Machu), on peut soit prendre un train qui coûte les yeux de la tête, soit marcher le long des rails pendant environ 2h30. Tout touristique qu’il soit devenu, il n’y a aucune route menant jusqu’au village de Aguas Calientes !

Vous devinerez facilement laquelle de ces solutions nous avons choisie 🙂 (Et oui, il faut encoooore marcher…!)

Se loger et manger à Aguas Calientes 

Nous avions lu qu’il était compliqué de trouver à se loger pas cher dans ce village. C’est vrai que bien qu’il soit propret et mignonnet, c’est un peu un assemblage d’hôtels et de restaurants afin d’y loger la masse de touristes en quête du Machu Picchu. On ne reste pas à Aguas Calientes. Le seul intérêt d’y dormir est de pouvoir se lever aux aurores et de monter au Machu dès le lendemain matin.

On a donc finalement trouvé sans peine une chambre dans un hospedaje pas cher du tout (50 NS). C’est sommaire, sans fenêtre mais avec sdb privée et de toute façon, pour se lever à 4h du mat’, on ne fera pas le choix du luxe.

Un bon plan pour éviter les restaurants à touristes hyyyper chers (mexicains, fast food, italiens, etc) c’est de manger au premier étage du marché central. Pour 6 NS seulement, vous pourrez manger les traditionnels menus très complets et très copieux et en plus de ça, vous ne serez qu’avec des locaux ! C’est quand même plus sympa 🙂

Acheter son billet pour le Machu Picchu

Nous avons acheté notre billet d’entrée directement dès notre arrivée à Aguas Calientes au bureau de vente sur la placette centrale. Le billet pour la visite seule du Machu coûte 130 NS. 2 autres types de billets existent : Machu + Montana (144 NS) et Machu + Wayna Pichu (154 NS). Ces 2 options vous permettent de grimper sur ces fameuses montagnes qui encadrent le site. L’accès est limité à 400 personnes par jour pour effectuer ces bonnes petites grimpettes. 

L’inconvénient d’acheter son billet au dernier moment, c’est qu’il peut ne plus y avoir de place. N’oublions pas que la visite du Machu est limitée à 2500 personnes par jour (bon, ils s’arrangeront toujours pour vous obtenir un billet postdaté…). Dans notre cas, nous avons dû acheter un billet Machu + montana, car plus aucun billet pour le Machu n’était dispo. L’inconvénient de le réserver à l’avance, c’est que les billets sont datés ! Il faut alors bien prévoir son coup !

Monter au Machu Picchu 

Deux options sont possibles pour rejoindre l’entrée du Machu Picchu. 

Soit vous prenez le bus qui monte au Machu en une vingtaine de minutes, soit vous montez les 400 mètres de dénivelé à pieds (8 km au total et environ 1800 marches) et au pas de course pour espérer avoir LA photo du Machu sans personne ! 

Il n’y a pas de route qui arrive à Aguas Calientes mais il y a bien des bus et une route qui monte au Machu Picchu. 

Par contre, autant vous le dire tout de suite, le bus est complètement hors de prix… 12$ (38 NS) ! Mais quand la fatigue et/ou les problèmes de santé l’exigent, c’est une bonne option pour monter. Marjo est épuisée par les 6 jours de treks que l’on vient de faire pour arriver jusque là, les filles sont donc montées en bus. 

Les garçons sont montés à pieds. Outre le prix, le gros avantage de monter à pied est d’arriver avant les bus à condition d’y aller en mode “sport”! 

Le chemin montant au Machu est bloqué au niveau d’un pont en bas ! Ils ouvrent normalement le pont pour les piétons aux alentours de 5h et le pont pour les véhicules à 5h30. Avec le temps de trajet, ce système laisse environ 40 minutes aux piétons pour atteindre l’entrée du site avant les bus ! En gros, il ne faut pas traîner dans la montée…!

Nous nous levons donc aux alentours de 4h pour être au pont à 4h30 en espérant être dans le premiers. Les filles profitent de ce réveil matinal pour être dans les starting-block et être dans le premier bus. Elles y arriveront puisqu’elles seront même les toutes premières dans la file d’attente (après une vague histoire de débat avec des coréens pressés) ! Sachez qu’il y a genre 25 bus qui partent, la file d’attente est immense. 4h30 est une heure raisonnable pour commencer à patienter jusqu’au départ à 5h30.

Nous arrivons donc au pont aux alentours de 4h20. Une dizaine de personnes attendent déjà sur place. A la lueur des frontales, nous apercevons les gens arriver sans cesse grossissant la file  jusqu’à ce qu’on ne puisse plus en voir la fin… Impressionnant ! Des dizaines et des dizaines de personnes attendent le moment fatidique où la porte s’ouvrira. Je suppose que les derniers arrivés ne souhaitent pas arriver avant les bus. Ce serait de toute façon impossible. 

Lorsque les portes s’ouvrent, les gardes vérifient le passeport et le ticket de chaque visiteur, ce qui ralentit considérablement le passage. Ainsi les gens qui se trouvent en bout de queue auront bien du mal à arriver avant les cars. Bref nous passons le fameux pont en premier. Je laisse partir Max, je sais qu’il arrivera avant moi, que voulez-vous, on se fait vieux à 30 ans :p. 

La montée est exclusivement faite de marches, le rythme est donné, je calque ma respiration à mes pas, je souffle et je galère un peu pour y voir car j’ai bien évidemment… oublié ma frontale…! Je monte à la lumière de mon téléphone… Marcher sans le gros sac fait quand même du bien et facilite grandement la marche. Je me fais doubler quelques fois et fini par atteindre le sommet en 35 minutes dans les 10-15 premiers largement avant les bus. MISSION ACCOMPLIE !! 

Max est arrivé en 29 minutes (si mes souvenirs sont bons) et les premiers en 25 minutes. Pour monter en 35 minutes, il ne faut pas traîner, je n’ai pas couru mais j’ai monté tout le long d’un bon pas sans m’arrêter. 

A vous de trouver votre rythme maximum qui vous permettra de ne pas vous arrêter jusqu’à l’entrée du Machu 🙂

Marjo et Anaïs arrivent assez rapidement avec le premier bus (largement avant la majorité des piétons) à 5h55.

La visite du Machu Picchu

Pour la visite, nous avons d’abord choisi de profiter et de s’imprégner des lieux pendant une heure sans guide. Puis nous sommes ressortis pour négocier un tour guidé. Nous avons trouvé cette formule assez plaisante. Le site n’est pas bondé jusqu’à 7h, ce qui permet de faire quelques photos sympa et profiter du “calme”.

Puis une visite guidée du Machu Picchu est vraiment intéressante voire indispensable car il n’y a aucune information sur le site. Le guide nous a beaucoup apporté et ce n’est pas si cher que ça. Il y a des guides qui parlent anglais, certains même français, nous avons choisi de faire le tour en espagnol car le guide était moins cher. 100 NS à 4 personnes pour environ 1h30 de visite.

Nous quittons le site vers 11h, un peu fatigués par les jours précédents et par la foule de visiteurs du monde entier qui petit à petit à pris possession du Machu Picchu. On est loin de la quiétude ressentie au Choquequirao !

Il est cependant largement envisageable de rester toute la journée en ajoutant l’ascension du Wayna Picchu ou de la “Montana”. Ces deux lieux offrent d’autres points de vue sur la cité inca et apparemment, ça vaut le détour. Une nuit de plus à Aguas Calientes sera alors obligatoire car pour rentrer sur Cuzco, il faut être à Hidroeléctrica idéalement avant 14h.

Trop fatigués et pressés car nous souhaitons rentrer à Cuzco ce soir, nous faisons l’impasse. Nous redescendons les 1800 marches à pied, attrapons nos sacs à l’hôtel et nous voilà repartis le long du chemin de fer pour 2h de marche. A Hidroeléctrica, nous prendrons un taxi collectif pour rentrer à Cuzco en 5h30 de trajet (40 NS par personne).

Notre émerveillement devant le Machu Picchu

Pour être honnête, nous avions un peu peur d’être déçus. Enfin, disons plutôt que nous avions peur que notre supposé émerveillement ne soit pas celui auquel on pouvait s’attendre. C’est à dire que le Machu on l’a déjà vu 300 fois… Sur des centaines de photos, dans des livres, à la télé, sur les flyers des agences et sur à peu près toutes les vitrines de Cuzco… En termes de spoiler, on est au top ! 

Mais non. Notre surprise est restée intacte.

Aux aurores, la lumière du jour est juste assez forte pour nous permettre de voir cette cité mystérieuse s’élever devant nous comme dans un rêve. Nous y sommes. Il est là, en face de nous. Personne encore pour nous gâcher notre découverte. C’était magique. Spectaculaire. 

Magie éphémère puisqu’une fois que tous les touristes entre autres chinois et coréens sont dans la place, la magie disparaît complètement ! (ça faisait longtemps qu’on ne les avait pas vu ceci dit!)  😀

Quelques chiffres

  • En 2011, le pays a célébré le centenaire de sa découverte.
  • 800 000 visiteurs par an.
  • 1800 personnes vivaient au Machu Picchu du temps de sa splendeur.
  • La construction aurait commencé en 1438.
  • 1756 marches permettent de monter au Machu Picchu.

Les différentes options pour visiter le site du Machu Picchu

Le tour organisé au départ de Cuzco

Comme tout tour organisé, il vous facilite la tâche, vous n’avez rien à réfléchir, juste à vous laisser porter ! Le bus vous amène de Cuzco à Hidroeléctrica. Suivant vos moyens et l’option choisie, soit vous marchez le long des rails jusqu’à Aguas Calientes soit vous prenez le train. L’agence vous trouve un hôtel à Aguas Calientes et un guide pour visiter les ruines. Aucune agence ne prévoit le bus pour monter au Machu, il vous faudra le réserver sur place. Puis pour le retour, même topo, soit le train, soit la marche jusqu’à Hidro puis un bus qui rentre à Cuzco. Tous les repas sont compris sauf le dernier midi.

Comme toujours l’avantage c’est de ne rien avoir à penser et de pouvoir rencontrer du monde. Je vois deux inconvénients majeurs. Premièrement, le prix. Sans être excessif, cela reste plus cher que de le faire par soi-même. Deuxièmement, la taille du groupe. En général il y a minimum 10-15 personnes pour un guide lors de la visite du Machu Picchu. Cependant cela reste une option correcte pour qui n’a pas le temps ou l’envie d’organiser le “trip” lui-même.

Arriver par ses propres moyens

Il est possible de faire la même chose mais par soi-même et assez facilement. Pour le trajet jusqu’à Hidroeléctrica, les agences de Cuzco proposent le bus seul pour un prix assez correct (35-40 NS de mémoire). Pas de galère, ils vous emmènent directement jusqu’à Hidro. Sinon il est possible de prendre des colectivos (les transports locaux), il me semble qu’il faut changer au village de Santa Teresa mais vous aurez toujours quelqu’un pour vous indiquer. Pour le retour, à votre arrivée à Hidroeléctrica, vous aurez droit à une armada de chauffeurs vous proposant de rentrer à Cuzco. Le faire de cette manière revient moins cher que de passer par une agence, vous trouverez toujours des auberges pas chères et un resto bon marché 🙂 Le problème peut se poser pour la visite guidée du Machu, pour une personne seule, il vous faudra trouver un groupe pour partager le guide sinon le tour organisé pourrait revenir moins cher.

Les différents treks pour rejoindre le Machu Picchu et leur coût (organisés ou non)

Il y a plusieurs treks qui proposent de rejoindre le Machu Picchu en suivant les traces des Incas. L’idée est attractive, quoi de mieux pour apprécier un lieu que de suer un peu en marchant plusieurs jours sur les chemins qui, jadis, permettaient d’atteindre les ruines. 

Attention, même en faisant un trek, vous arriverez généralement à Hidroeléctrica et il faudra rejoindre Aguas Calientes et le Machu Picchu par le même chemin que tout le monde. 

La seule façon d’arriver par un autre endroit est d’effectuer l’Inca Trail. C’est assurément le trek le plus connu. Victime de son succès, il vous faudra réserver plusieurs mois à l’avance pour espérer avoir une place… Le budget peut vite décourager, je n’ai pas fait de recherches approfondies mais souvent les prix semblent tourner aux alentours des 300 dollars en moyenne…! Cependant, le trek en lui-même et l’arrivée par la porte du soleil doivent être exceptionnels. 40 km à travers zones tropicales, chemin à flanc de montagne, des milliers de marches à grimper, des ruines, des forteresses incas disséminées sur le chemin. C’est le chemin qu’utilisaient les incas pour accéder à leurs sites sacrés sans emprunter les routes des vallées surveillées par les conquistadores.  Vous arrivez au-dessus du Machu et obtenez une vue magique. 

Il y a d’autres alternatives comme le Salcantay, le trek de la vallée de Lares, l’Inca Jungle Trail et bien évidemment le trek Choquequirao – Machu Picchu que nous avons fait. Chaque trek a ses avantages et ses inconvénients, un niveau plus ou moins difficile, associant d’autres disciplines à la marche (vélo, raft) ou non, à vous de faire votre choix. En général le prix est assez élevé pour un trek en groupe. Si vous avez un petit budget, réfléchissez plutôt à le faire en autonomie. Mais attention, ce n’est pas forcément autorisé partout, par exemple n’espérez pas faire l’Inca Trail sans agence, c’est tout simplement interdit. 

Pour vous donner une idée du budget, pour un trek comme celui que nous avons fait, du Choquequirao au Machu Picchu, nous avons dépensé 650 NS (soit 171 € au taux actuel) par personne pour 8 jours. Ce prix comprend absolument tout. Les transports (retour compris et colectivo entre Totora et Santa Teresa), la nourriture et boissons, la location d’une tente et de matelas de sol, les entrées, la visite guidée du Machu Picchu, le camping, 1 nuit en hôtel à Santa Teresa et une autre à Aguas Calientes, un ticket pour monter en bus au Machu Picchu. La seule chose que je n’ai pas incluse au budget est le trajet en moto entre Yanama et Totora car le prix varie beaucoup suivant le transport choisi, le trajet effectué, l’heure etc… Si vous vous retrouvez dans la même situation que nous (on vous racontait ça ici), il faudra compter 100 NS de plus sur le budget. 

Enfin, si vous souhaitez faire ce même trek avec un guide et des mules, sachez qu’il faudra vous acquitter de la coquette somme de 700$…! 

Toujours est-il que le trek reste pour moi une bon moyen de rejoindre le Machu Picchu, en plus de l’accomplissement personnel, vous pourrez visiter d’autres ruines sur la route et ça c’est cool !!

Alors pas mal hein ces p’tites pierres incas ?

Comme toutes les bonnes choses ont une fin, notre séjour au Pérou se termine en beauté… On vous prépare comme d’hab’ un bilan complet sur le pays avec toutes nos bonnes infos pratiques. Et puis, on vous donne rendez-vous très vite en Bolivie 🙂 ! Avec encore plein de belles choses et plein de nouveaux défis !

Bastien

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.